La Fondation Amanjaya, créée le 19 juin 2008 sous l'égide de la Fondation de France, travaille à offrir un accès à l'éducation à des jeunes issus des populations les plus défavorisées.

Pourquoi la Fondation Amanjaya existe-t-elle ?

L’éducation : une clé nécessaire pour sortir de la misère

Que pouvons-nous faire?

Nos utopies se heurtent aux dures réalités du monde. Nous rêvons d'une société unie, mais notre "village global" est toujours divisé. En France, les uns manifestent pour conserver le progrès représenté par un temps de travail limité, les autres pour le droit d'exercer une activité précaire aux revenus incertains; mais ce n'est là qu'un des moindres paradoxes de la mondialisation. Car dans le même temps, d'autres encore qui rêvent d'exercer n'importe quel travail pour nourrir et éduquer leur famille, accumulent leurs détresses derrière nos portes entrebâillées.

« The Girl Effect » - Conférence de Lindsey Nefesh-Clarke le 8 avril 2015 à Paris

« Les événements tragiques de ces derniers mois - les attaques terroristes ici à Paris en début d'année, les massacres au Nigeria par Boko Haram, l'attaque par les talibans contre une école de Peshawar fin 2014 – ont une nouvelle fois mis l'accent sur l'importance que représente un investissement dans l'éducation des filles et des femmes, qui est l'un des moyens les plus efficaces de combattre l'extrémisme.

La Fondation Amanjaya s'engage pour 2014/2015

Nous avons tous dans la tête Robin Williams dans le rôle de Mr Keating, le professeur de lettres atypique du Cercle des Poètes Disparus. Quand nous nous engageons dans l’éducation, nous rêvons volontiers de ressembler à cet homme empathique qui passionne ses étudiants au point de bouleverser leur vie.

L'innovation pour l'accès à l'éducation

Il est frappant de constater à quel point le droit fondamental d’accès à l’éducation pour tous est une question qui se pose dans des termes très similaires dans de nombreux pays. Energie et capacité des gouvernements à combattre cette inégalité sont elles-mêmes bien inégales… Comme souvent, dans un monde d’une grande complexité, aux mutations de plus en plus rapides, les meilleures solutions pourraient ne pas venir d’en haut, mais d’initiatives plus locales, agiles et aux promoteurs les plus déterminés.

Quelle éducation ?

C’est une évidence, l’accès à l’éducation est un bien précieux. Mais quelle éducation ? Il semble légitime de nous interroger et d’orienter nos efforts en vue de faire porter le plus de fruits aux moyens qui nous sont confiés.
Un dictionnaire définit l'éducation comme l'art de former l'être humain, d'assurer son épanouissement physique et mental. Ambitieux programme !

Retour de voyage en Asie

C’est une petite ville sur les hauts plateaux montagneux du centre du Vietnam. Kontum et sa région sont à peine signalées dans les guides touristiques, les bombardements des B52 en 1972 sont passés par là. Aujourd’hui la région abrite plusieurs minorités ethniques du pays, et une communauté catholique y est installée autour de l’église en bois. Françoise et Monique, enseignante et travailleuse sociale en retraite, viennent ici six mois par an. Elles se consacrent depuis des années aux nombreux petits orphelins recueillis par l’association Poussières de vie, dirigée localement par le Père Huu, et leur enseignent les bases de la vie en société.

Bonne année 2011!

La Fondation Amanjaya souhaite à tous ses amis et donateurs une très belle et heureuse année 2011.

Grâce aux soutien d'un nombre croissants de donateurs, la Fondation Amanjaya a pu s'engager, auprès de 7 associations pour l'année 2011 :
- L'association Enfants du Mékong, pour le fonctionnement des foyers et centres scolaires pour jeunes doués et sans ressources, au Cambodge et aux Philippines,

"En apprenant, vient la connaissance... et bien plus."

Un proverbe Cambodgien dit que si la connaissance vient en apprenant, la richesse vient en travaillant. Belle histoire héritée de l’époque où la connaissance, cultivée surtout dans les pagodes de pair avec le détachement monastique, avait en effet peu de liens avec un monde matériel partagé entre des paysans insouciants et des commerçants dont le premier talent était l’âpreté au gain.

Réussir, tous ensemble

"On réussit tous ensemble, ou on échoue."
Ce beau principe qui est enseigné aujourd'hui dans les meilleures écoles, va pourtant à l'encontre de la vision compétitive qui a été longtemps été cultivée par nos élites. La vie était trop souvent envisagée comme une lutte pour soi, pour sa famille, son pays... et contre les autres.

Syndicate content